Star Wars Jeux

Sixième version de ce formidable RPG Star Wars ! Premier forum RPG dans la catégorie Science Fiction de ForumActif pour les Versions 1 à 4 ... et la V6?
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lyra Delauro
Mort
avatar

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 27
Argent : 90'580
Emploi : Jedi sénatrice
Emplois secondaire : républicaine
Date d'inscription : 04/01/2007

Stats
Alignement: Neutre-Obscur
Spécialisation: Sentinelle
Classe de prestige: Seigneur Sith
MessageSujet: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Dim 8 Avr - 23:17

C'est l'histoire d'une enfant amoureuse de la vie et de la liberté
------------------------------------------------------------------------------

Lyra marchait dans les rues sombres de Corusant. La nuit était tombée depuis un bon moment maintenant. Elle était enfin arrivée au lieu de rendez-vous avec les autres. Encore une mission ou Aïna la sollicitait. Il était assez étrange de voir une seigneur sith obéir et arriver chaque fois que la reine de la rue le lui demandait. La jeune femme se retrouva en face d’un homme d’environs 35 ans. Il portait un long manteau brun avec une écharpe blanche en clair une tenue assez étrange sans attirer l’attention. L’homme portait bien ses années et ne souriait pas. Pas besoin d’examen complet pour que l’ancienne résidente des lieux reconnaisse Alceste. Il portait bien son nom de personnage de littérature misanthrope et expéditif, c’était vraiment son caractère.

La sénatrice se comportait de manière plus que correcte avec cet homme sachant qu’il avait tapé dans l’œil de sa reine et qu’il y avait des chances que se soit réciproque. De plus, avec ses crises et ses élans gorgés d’orgueil, il l’amusait et elle avait envers lui une douceur étrange. De même, elle savait que l’homme avait pour elle la même douceur aimant assez son côté qui ne laissait aucune équivoque.


« Tiens, tu viens aussi toi ? »

« Quel accueil, je pensais que tu serais content de me voir après tout, je suis pas mal utile quand il s’agit de se battre. »

« J’ai pas dit que j’était pas content. Juste surprit. Aller tu n’as pas vu les autres ? Pas que je veuille les voir, mais j’ai autre chose à faire. »

Il se leva de la caisse abandonnée sur laquelle il était et sourit d’un air narquois sans la moindre sympathie. Il n’était pas méchant juste qu’il se floutait des autres, du moins de la plupart des autres. Lyra s’assit sur la caisse en haussant les épaules signifiant qu’elle n’en savait rien. Ils attendirent un bon moment pendant lequel la jeune femme parla longuement avec son ange. Sinistra s’intéressait beaucoup à Alceste.

Quand Aïna et Jeff arrivèrent entourés d’une dizaine de gardes. Lyra ne dit pas un mot avant que son ancien tuteur arrive à sa hauteur et la salue avec un grand sourire.


« Bon quel est la cible ce coup-ci ? Ca doit être important parce que 4 combattants plus des gardes c’est rare. »

Aïna avait une épée dans son étui qui battait à son flanc, son arc se trouvait dans sa main et deux couteaux longs se trouvaient à ses hanches. Jeff tenait une lance à la main droite mais un couteau à deux lames se trouvait accroché dans une poche cachée de son manteau. Il devait avoir plusieurs autres armes cachées mais que des silencieuses. Alceste était comme les deux autres. Que des armes blanches et de combat rapproché. Quel intérêt de se battre si c’était pour tuer les ennemis à distance. Il avait deux épées longues et une sorte de poings américain revisité pour que au lieu de pointe se soit ses vraies lames qui s’y trouvent et chacune d’elles portaient un poison différent.

La sith se contentait de ses sabres-lasers et de ses fils et son poignard. Rien de particulier par rapport aux autres missions. Elle portait une tenue rouge faite spécialement pour se battre. A la fois près du corps mais suffisamment ouverte pour lui permettre de bouger et avec un peu de pratique…charmer une personne clef. Les gardes se contentaient d’armes à feu diverses et variées avec un poignard chacun. Un véritable armée quand on ne prenait que les quartes combattants alors en plus avec des gardes entrainés. C’était pour cette raison que Lyra s’interrogeait sur ce qu’ils allaient faire. Ce fut son amie qui lui répondit non sans jeter avant un regard avide à Alceste qui ne le remarqua même pas.


« On va foncer dans le tas. On a un groupe de résistant on doit s’en débarrasser mais ils sont nombreux alors on met toutes les chances de notre côté. »

Lyra se rendit compte qu’un truc lui était caché et elle prit Aïna à part un instant laissant Jeff discuter avec le misanthrope. Elle lui dit à voix basse en la tenant par le bras.

« Alors, qu’es ce qui s’est passé ? Vous êtes enfin ensemble tous les deux ? »

« Einh !!! Mais comment tu le sais ? C’est impossible t’es une voyante ? »

« Je l’ai remarqué à la manière dont vous vous ignorez cordialement. Donc c’est vrai ? »

Elle éclata de rire en rougissant. Elle se baissa en avant pour éviter que l’on puisse la voire. Elle semblait aux anges et sortit un objet de sa poche qu’elle enfila à sa main gauche. Lyra eu un grand sourire en reconnaissant de quoi il s’agissait.

« Vous allez vous marier ?! Mais c’est fantastique. »

« Père a accepté hier. On est ensemble depuis un mois et comme il fallait que je me marrie au plus vite et qu’il était suffisamment haut dans la hiérarchie pour moi. Ca a passé comme sur des roulettes. »

« Oh ma chérie. C’est super. Qui aurait pensé que tu puisses épouser celui qui te plaisait. »

« Je pense que comme il s’agit de moi et non pas de toi sa vraie fille, il s’en fiche un peu. Ce n’est pas très sympa pour toi mais je ne peux pas m’empêcher d’être heureuse. »

« Ne t’inquiète pas pour moi. Je suis libre maintenant. Ah je suis trop contente pour vous. En plus c’est un type bien. »

« Vous avez finit les deux pies ? On doit y aller maintenant ! »

C’était Jeff. Il commençait à s’impatienter et ne voulait plus les attendre. Lyra eu une moue déçue et se décida à rejoindre le groupe. Une fois que les deux combattantes furent arrivées, le groupe pu se mettre en marche. La sith en profita pour attirer Jeff loin des fiancés et lui tirer des infos sur ce qui s’était passé. Son ancien tuteur ne semblait pas très bavard mais elle put quand même obtenir suffisamment de détails pour deviner ce qui s’était passé. Apparemment, les deux s’étaient avoués lors d’une soirée organisée par son père pour régler des affaires internes. Tout était passé avec tellement de facilité que Jeff s’était demandé pourquoi ils ne s’étaient pas mit ensembles plus tôt. Bref un tableau pas si mal pour une société de brigand et autres rebus de l’humanité.

Sinistra suivait le groupe d’un pas rapide sans trop d’émotions. Elle s’ennuyait ferme. Les histoires de cœur ne l’intéressaient aucunement et elle ne désirait qu’un peu d’action. Elle arriva à côté de Lyra et passa un bras autour de son épaule et s’y accrocha avec tellement de force que la jeune femme du faire un effort pour ne pas se casser la figure. Elle riait contrairement à la sith qui était plutôt surprise.


*« Arrête avec cette histoire. Je m’ennuie moi. Quand es ce qu’on arrive ? Qu’il se passe un truc intéressant. »*

*« Soit un peu patiente ! Tu pourrais te calmer un peu ? Drague ça va t’occuper. »*

*« Mais ils sont tous moches les mecs. Pis les seules miss c’est toi et Aïna mais elle, elle est prise et toi, tu… »*

*« Je quoi ? »*

Elle éclata de rire et lui coupa la route avec tant de rapidité que Lyra du faire un arrêt brutal qui fit sursauter Jeff à ses côtés. L’ange posa ses lèvres sur celles de sa protégée dans un baiser plein d’amour. Une fois qu’elle eu finit, elle passa sa main sur le front de Lyra qui voulait dire exactement la même chose dans son propre langage corporel. Ce geste fait si souvent entre elle se répétait encore une fois. Sinistra sourit en lui caressant la joue avant de repasser son bras autour de ses épaules et de l’embrasser sur la joue.

*« Toi, pas besoin de te draguer tu es déjà à moi. Et là avec Jeff qui te dévore des yeux je ne peux pas aller trop loin. Ce n’est pas discret. »*

*« Tu trouve ça drôle ? -__-»*

*« Oui très »*

[i]Dit-elle avec un grand sourire. Ils arrivaient enfin au bâtiment cible. Les choses sérieuses allaient commencer.

L’immeuble état pas mal grand, trois étage, gris pierre, un peu délabré mais en pleine activité quand on voyait tous les allers-retours des gens qui le traversait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Delauro
Mort
avatar

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 27
Argent : 90'580
Emploi : Jedi sénatrice
Emplois secondaire : républicaine
Date d'inscription : 04/01/2007

Stats
Alignement: Neutre-Obscur
Spécialisation: Sentinelle
Classe de prestige: Seigneur Sith
MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Dim 8 Avr - 23:18

Daran était un homme de 35 ans. Il ne souriait pas beaucoup mais était bien baraqué. Il n’était pas particulièrement méchant ni intelligent mais pas stupide non plus. Daran n’aimait pas ce job, il était dangereux parce que contre les riches, il était ingrat, il était sale et stupide mais c’était le seul qui lui donnait assez d’argent pour nourrir sa femme, son fils de 5 ans et sa petite fille qui venait de naître. Sa femme ne travaillait pas car sinon, elle risquait de mourir bien trop tôt. Il fallait que l’un de deux survive. Si Daran mourrait, ils ignoraient comment ils survivraient dans un tel monde. Certainement que sa femme devrais bosser comme pu***n mais à 32 ans elle n’aurait pas vraiment de quoi faire. Certainement que les gosses crèveraient de faim avant leur mère qui finirait dans une overdose. Oui, si Daran mourrait toute sa famille serait fichue. Mais voilà, c’est la vie, rien ne change, tout continue tel un fil infini.

Un sifflement dans l’air, un corps tombant lourdement sur le sol, une silhouette atterrissant après un saut impressionnant. Daran est mort, il a été coupé en deux par un fils de fer que manie l’être qui vient d’arriver. Lyra d’un mouvement du poignet ramène son arme devant elle avant de la lancer sur les autres personnes alentours. Elle n’accord pas une seule pensée au mort dont la famille va attendre des nouvelles dans l’angoisse jusqu’à ce que finalement, sa femme sache et terrifiée par le destin qui les attend, empoisonne ses deux enfants avec du cyanure et se jette du toit de son immeuble pourrit pour s’étendre sur le bitume la tête éclatée et le reste du corps brisé laissant les passant la regarder sans rien avoir d’autre pour elle qu’une pensée calme avant d’être définitivement oubliée.

Tout le groupe venait de rentrer en trombe dans le bâtiment. Les ennemis tombaient comme des mouches. Des gardes tenaient le rôle de sniper. Maintenant, les combattants des ennemis commençaient à arriver et Lyra ne pouvait plus se permettre de penser à autre chose qu’au combat. Elle devait prendre garde à sa défense. Elle senti Aïna juste à côté d’elle et pu avec son aide sans dire un mot, effectuer une attaque double d’une telle efficacité que une dizaine de personnes furent mises hors jeu. Le combat était non-stop. Mais bien sur, les choses ne se passèrent pas comme sur les plans. Cela faisait un quart d’heure qu’ils se battaient quand tout dérapa.

Aïna affrontait un homme quand elle ramassa une balle dans le dos. Elle tomba sur le coup incapable de tenir debout. L’homme voulut l’achever mais il fut interrompu pare Alceste qui arriva avec une rapidité surprenante. Mais voilà, il n’avait pas eu le temps d’en finir avec son autre adversaire et celui-ci l’avait suivit.

Un éclair métallisé, une douleur aigue, la fin de quelque chose. Alceste ne dit pas un mot. Il resta bien droit les yeux un peu écarquillés. Il baissa d’un air étonné son regard sur l’éclat d’argent qui dépassait de sa poitrine faisant s’ouvrir une rose sanglante sur son torse qui brillait sous l’éclats des lampes bon marché qui pendaient au plafond. Le rose eu deux soubresauts sous lesquelles elle s’ouvrit plus vite puis resta grande et imposante sur le torse désormais sans vie du misanthrope.

L’homme qui avait tué Alceste s’effondra sur le sol décapité par un fil de fer. Lyra arriva auprès de lui. Que dire, il était mort, c’était trop tard. La sith pu saisir Aïna par le col et panser sa plaie en partie, suffisamment pour éviter sa mort. Pour le moment du moins, elle avait vu la mort de son fiancé. Elle avait dardé ses yeux clairs sur le cadavre avec une rose de sang ouverte sur son torse. Elle l’effleura du bout des doigts et trembla. Un frisson qui l’empêcha de se lever.

Ce fut à ce moment que Lyra comprit avoir fait une erreur. Elle avait oublié le combat. Un homme venait de lancer une grenade et ce fut à l’instant ou elle la sentit qu’elle comprit. Elle eu à peine le temps de se servir de la force pour atténuer le choc. Mais elle fut tout de même projetée à plusieurs mètres comme un pantin désarticulé. Le souffle avait balayé et les alliés et les ennemis. Lyra se redressa difficilement sur ses coudes, ses cheveux couverts de cendre et d’une poussière de débris divers masquaient son visage. Ce fut d’un mouvement énervé qu’elle les repoussa en se concentrant pour évaluer les dégâts. Elle entendit la voix de Sinistra l’interpeler[/i].

*« Ca va aller ? Tu ne t’es pas servit de bouclier pour le choc ? »*

*« Sinistra, c’est un pouvoir Jedi je suis sith maintenant ! »*

*« Mais quand même tu n’as pas pu atténuer le choc par la force ? »*

*« Je n’ai pas eu le temps ni le réflexe ! »*

Ce n’était pas vrai, elle avait pu de justesse dresser une fine barrière avec la force, à peine suffisante pour les débris mais ça avait cassé l’onde de choc et sa chute. Si ça n’avait pas été le cas elle n’aurait pas survécus à l’explosion. Ce que sentait Lyra ne faisait aucun doute. Son intervention avait coupé l’onde de choc suffisamment pour juste épargner Aïna et Jeff qui se trouvait par hasard près des deux femmes voulant voir l’état de sa pupille. Tout les autres étaient mort, la grenade avait par hasard frappé un pilier d’un peu trop près ce qui avait entrainé une réaction en chaine que personne n’avait pu prévoir.

La sénatrice se leva douloureusement en débarrassant ses vêtements de la poussière. Elle avait mal au torse et au dos. La jeune femme se dirigea vers ses amis pour s’occuper d’eux. Elle savait que ça ne se passerais pas sans problème. Au moment d’ouvrir la bouche, tous entendirent un grognement au dessus d’eux. Une, deux…dix secondes, un autre grognement avec le sol qui commence à s’agiter. Jeff qui regardait au dessus de lui fut le premier à comprendre et annoncer la sentence aux autres.


« L’immeuble s’effondre. »

« Ca veux dire qu’il faut sortir ? »

« C’est conseillé si on tiens à la vie. »

Aïna regarda le corps étendus sur le sol d’Alceste. Elle ne bougea pas mais sans le quitter des yeux dit d’une voix d’un calme extrême qui contrastait avec la situation.

« Partez sans moi. Mon dos me fait trop mal. Je ne peux pas vous suivre, il faut que vous me laissiez. »

« J’ai certainement la jambe cassé et deux ou trois côtes qui ne vont pas mieux. Je ne peux pas sortir d’ici. Tu vas devoir y aller seule Lyra. »

Jeff ne semblait pas triste mais simplement résolut. Il avait en effet du sang qui coulait depuis une de ses côtes qui pointait bizarrement sous sa peau et sa jambe ne faisait pas plus fière allure. Pas un mot de plus, la sith se leva et avec douceur sourit aux deux êtres. Elle s’éloigna alors en empruntant un couloir noir. Les rochers commençaient à tomber et les murs à se fissurer. Elle arrivait à une sortie. Enfin, un trou de nuit duquel filtrait quelques rayons d’aubes. Ainsi le combat avait duré toute la nuit. Au moment ou elle levait le visage vers les éclats lumineux, la voix de cristal de Sinistra s’éleva dans son dos.

« Lyra, pourquoi tu fais ça ? Tu as le pouvoir de guérison, il est toujours là. Lyra ?! »

« Ils s’en fiches de leurs blessures, ce qu’ils veulent c’est une excuse. Aïna ne quittera pas le corps de son amour et Jeff ne quittera pas Aïna. Si je les soigne ils n’auront plus d’excuse pour rester et je leur doit bien ça. »

« Tu ne vas pas bien ma puce. »

Elle hocha la tête offrant son visage aux fins éclats de lumière de cette belle aube d’une journée qui ne serait pas le plus calme de cette vie.

« Les hommes cherchent toujours quelque chose. Mais ils ne savent pas quoi avant de le trouver ou de le perdre. Et une fois qu’ils l’ont trouvé ils n’ont plus qu’une chose à faire. Tu sais quoi ? »

« Dormir, d’un sommeil parfait. Tu me l’as dit quand on s’est rencontré. Tu voix je n’ai pas oublié. »

« Oui mais moi j’ai faillit. Laissons les dormir en paix maintenant. »

L’ange ne répondit pas mais regarda son amie sans bouger. Les êtres humains cherchent l’éternité par tous les moyens mais il ne peut l’obtenir. Etre sauvé pour un être humain c’est de comprendre ça et de se laisser guider par la vie même si le gouffre de fin se trouve à un pas devant soit. C’est de danser sans vouloir chercher une sortie autre car on perdrait de toute manière. Juste vivre et sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Delauro
Mort
avatar

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 27
Argent : 90'580
Emploi : Jedi sénatrice
Emplois secondaire : républicaine
Date d'inscription : 04/01/2007

Stats
Alignement: Neutre-Obscur
Spécialisation: Sentinelle
Classe de prestige: Seigneur Sith
MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Dim 8 Avr - 23:19

------------------------------------------------------------------------------------

Qui ne se laissait jamais faire et fuyait toutes les règles de ce monde.

-------------------------------------------------------------------------------------

Je ne sais pas comment ça a pus arrivé. Comment cet immeuble a pu céder sous le poids d’un coup de trop, frappé dans ses racines. Le combat avait été si rude, si rempli de violence brute. Les cadavres jonchaient le sol et les murs tremblaient. Lyra éteignit son sabre à la couleur d’argent avant de lever la tête vers une sorte de trou béant ou coulait la lumière du jour.

Mais elle ne regardait pas cet éclat irréel. Elle ne voyait pas les rochers qui se fracassaient sur le sol tremblant, elle ne faisait pas attention à la poussière qui emplissait l’air et brillait sous un rayon de soleil l’éclairant à la manière de millier de paillettes.
Non, tout ce qu’elle voyait c’était les ténèbres. Un noir infini qui ne la quittait jamais, qui prenait vie dans ses yeux aveugles. Oh ma douce Lyra, Oh ma sœur, ma mère, mon âme sœur, ma bien-aimée. La force battait autour d’elle tel un cœur affolé par sa fin prochaine. Moi, ange de la mort, je ne disais mot, fascinée par la sourire pâle de ma protégée. Elle semblait vraiment heureuse.

Deux ailes, deux ailes noires faites de lambeaux entrelacés à l’apparence tribale venaient de jaillirent du dos de mon amie, faisant d’envoler les gouttes de sang qui coulaient sur sa peau nue et écorchée. Ces deux éclats à la couleur de jais battirent quelques fois avant d’attirer avec eux une forme d’oiseaux lui aussi ensemble de traits entrelacés dans une figure aux milles éclats.

L’animal irréel était entier maintenant. Ses serres battant l’air à quelques millimètres de la jeune femme dont le dos nu à la peau fine ne portait plus maintenant la moindre trace du magnifique tatouage tribal qui l’avait enfermé depuis si longtemps.

Je vis le phénix s’envoler dans la lumière vive et chaude du jour levant tendit que Lyra se tournait vers moi. Tout son être portant la force d’une résolution et d’un choix définitif. Je savais à cet instant que ses paroles seraient celles qui couronneraient sa vie et lui donneraient son rang de reine.


« Oh Sinistra. La lumière est trop forte. Si je sors d’ici, je brûlerais vive comme un vampire. Une sorcière que je suis. Oh ma douce amie, viens avec moi. Je veux retrouver mes seuls amis au moment ou tu refermeras ta dernière étreinte sur moi. »

Je l’ai regardé sans comprendre et je l’ai vue avec stupeur se détourner de la seule et unique issue qui la mènerait à la vie. Oui, elle se retourna et marcha vers les profondeurs de l’immeuble. Je regardais encore une fois le soleil. Moi, immortelle qui le voit le voit et le verrai encore et toujours jusqu’à ce qu’il s’éteigne de lui-même, je regarde ce beau soleil qui aujourd’hui amèneras les ténèbres sur la vie de plusieurs personnes. Je peux voir le reste du sang de l’aurore s’estomper et disparaître évaporé par la lumière vive d’un jour sans nuages et pleins de chaleur. J’ai sourit et je me suis détournée pour rejoindre les couloires emplit de nuit et en train de se refermer comme des gueules d’animaux affamés.

Deux êtres se trouvaient dans un de ces couloirs obscurs. Leurs deux corps se tenaient dans une étreinte étrange et pleine d’une douceur et d’un amour oublié. Ils sont à genoux mais le reste de leurs corps se tient debout. Leurs visages sont cachés dans le cou de l’autre et ils se serrent pour avoir l’impression de ne pas mourir seuls.

C’est vers eux que se dirige ma douce. Elle sourit bien qu’elle s’apprête à se réfugier une dernière fois dans mes bras d’éternité pour que je l‘étouffe de mon étreinte glacée. Moi je ne parle toujours pas. A quoi bon, ma présence inonde ce lieu et ma beauté impossible éclaire les actes des ces trois humains si singuliers.

Cet homme si fort et si fier détruit par son passé et la mort des siens mais qui a toujours su donner de l’amour aux deux femmes-anges qui sont auprès de lui dans cette aube sombre aux couleurs éclatantes.

Cette ado emplie de douceur et de souffrance frappée par la vie qui l’a jetée à terre mais qui a su pardonner à ceux qui se sont retournés pour l’aider à se relever et sont devenus les siens de part l’amour qu’ils ont su échanger.

Pour finir, cette femme à la gorge lacérée par la même cicatrice que celle qui striait l’ado. Cet être qui a tout fuit pour un meilleur reflet dans un miroir et qui en a perdu et la vue et la raison. Cette femme que j’aime tellement et dont le dernier excès sera celui d’être trop douce et bien trop remplie d’amour. Ce fut elle qui parla en premier. Sa voix douce et douloureuse fit vibrer mon cœur et transperça le silence comme une aiguille glaciale plantés dans son âme.


« Il reste une place pour moi ? »

J’ai sentit que la machine ne s’arrêterait plus. J’ai vu l’homme et l’ado regarder surprit cette femme aux yeux morts…morts vraiment ? Alors pourquoi est ce qu’ils avaient tout au fond, une étincelle de joie douloureuse. Une véritable étincelle qui animait son regard d’une vie à la fois magnifique et impossible. Je regardais ces yeux en me demandant si elle voyait. A ce moment précis, j’ai comprit deux choses. Premièrement que les deux autres voyaient la même chose et avaient comprit comme moi le deuxième point. Simplement que cette étincelle avait toujours été là ! Depuis sa naissance, pendant qu’elle avait été aveugle et jusqu’à sa mort. Oui, depuis toujours, cette étincelle faite pour porter l’instant de sa mort brûlait dans ces yeux. On dit que dans les yeux des gens on ne voit pas ce qu’ils ont vu mais bien ce qu’ils verront devant leur vie. Et bien là c’est exactement le cas de cette étincelle.

Jeff fut le premier à tendre le bras vers ma protégée. L’ado en fit de même et des larmes filant enfin le long de son sourire douloureux. Lyra…ou non, Aïna se précipita dans les bras des seules personnes qui ne l’avaient jamais quittée. Qui restaient dans son cœur quel que soit le lieu où il battait. Je vis ce trio inséparable se serrer de toutes ses forces tendit que le plafond de la salle craquait en poussant des rugissements inquiétants.

Lyra, la jeune Lyra, la vraie Lyra parla. Elle pleurait sa propre mort se disant à elle-même que c’était son droit. Au moins, elle ne partait pas seule et voilà pourquoi ses larmes ne coulaient pas assez pour couvrir ses beaux yeux au brun cerclé de vert, d’une couche de flou qui aurait été si douce à porter. Elle posa son regard sur Aïna avant de lui demander.


« Pourquoi es tu revenue ? »

Mon amie l’a regardée. Elle a resserré le bras qui tenait son âme sœur et a touché son front du sien tout en restant auprès de la poitrine de Jeff qui les tenaient et les regardaient tel ses filles. Car c’était bien ainsi qu’il les considérait.

« Pourquoi partir ? Les gens dehors me haïssent et vous êtes là. Je ne vais pas vous laissez partir sans moi. Vous êtes tout ce qui me reste. Simplement parce que vous êtes les seuls à me connaître vraiment. »

« Si tu veux tu peux remettre ton masque maintenant. Tu es libre de choisir de recommencer comme avant. »

« Je ne veux pas ce masque. Pas encore j’étoufferais. Je suis heureuse maintenant, j’ai trouvé ce que je cherchais ma vie est une réussite. Pourquoi chercher plus loin. »

A quoi bon tenter d’en dire plus. Jeff resserra son étreinte avec douceur et Aïna se sentit dans les bras d’un père et auprès d’une sœur. Oui, elle se sentait auprès d’une famille. Une vraie famille qu’elle aimait et par laquelle elle était aimée. Pour la première fois de sa vie, elle se sentait protégée et aimée par des êtres qu’elle aimait du fond du cœur. Menak, Makubex, tous les deux portaient son sang mais il ne fallait pas se leurrer. Menak n’était que son amant et Makubex était dans un rapport bien différent avec elle. Non, elle ne pouvait pas se mentir, Jeff et Lyra étaient les personnes à qui elle tenait le plus et elles restaient sa vie, son souffle d’air, son aurore et ses guides. Je l’avais toujours su. A ce moment, la seule et unique personne qui aurait été assez chère à son cœur pour la retenir ça aurait été moi. Mais moi je la voulais, je voulais la prendre et la tuer, je voulais qu’elle le fasse car je l’aimais autant qu’elle m’aimait. D’un amour vrai et impossible si elle gardait la vie. Oui, je l’aimais du fond de mon être.

Elle clignait des yeux. J’ai regardé Aïna cligner des yeux et regarder autour d’elle. J’ai senti l’air devenir plus clair, moins douloureux, plus net et vraiment agréable. Pas besoin de me retourner pour sentir la présence chaleureuse et douce de la sorcière des dimensions. Yuko, elle était venue jusqu’ici. Certainement qu’elle venait prendre son payement. Oui, la dette de Aïna n’était pas encore réglée totalement et elle devait le faire avant sa mort. La voix céleste et mystérieuse de la sorcière résonna dans les murs à moitié détruits comme si elle provenait non pas de la femme mais de la pierre elle-même.


« Tu sais pourquoi je suis là. »

« Dit moi ce que tu désires. Je te le donnerais avec joie. Je n’ai plus besoin de rien. »

Aïna était heureuse. Elle ne craignait pas la demande de Yuko et la sorcière le savait. Elle ne perdrait pas de temps en vaine discutions.

« Ton lien avec la force. Si puissant maintenant au moment de la fin qu’il effacera toute dette de ta part. »

« Prend-le. N’attend pas. Et merci pour tout Yuko. Merci, grâce à toi j’ai été heureuse et ma vie a été une réussite. Ca jamais je ne pourrais t’offrir de quoi l’égaliser. »

« Tu sous-estime bien trop ce que tu me donne. L’échange est bel et bien égal. »

La femme aux cheveux noirs flottant dans son dos tendit la main et des éclats de lumière, tel des morceaux de soleil, s’arrachèrent de la poitrine de Aïna pour se rassembler en une boule incandescente qui flottait juste au dessus de la paume de la sorcière. Une fois les éclats tous rassemblés, un voile noir surgit du néant enveloppa la lumière vive et l’étouffa jusqu’à qu’il n’y ait plus rien et que la nuit de la gueule béante des couloirs qui entouraient le groupe. Je savais que pourtant tout le monde voyait. Même Lyra cette fois.

« Pourtant, ce que tu me donne ne vaut pas Sinistra. Ca vaut plus, et tu as le droit à un dernier vœu. Je suis venue ici pour te l’offrir. Pas un grand souhait mais suffisant pour te permettre de tenir une dernière promesse je crois. C’est ce que tu désire non ? Formule-le. »

Un sourire, une envie, un éclat de rire et un regard plein d’une flamme étincelante aux milles éclats. Aïna, ma douce amie, ma bien-aimée serra Lyra et Jeff en posa sa tête sur le torse de l’homme. Elle regardait Yuko et me regarda de haut en bas comme profitant d’une vue qu’elle adorait. Sin amour pour moi éclairait son regard et elle savait, que plus rien ne nous séparerait. Mais elle allait tenir son dernier engagement envers la terre des hommes et le monde des vivants.

« Mon dernier vœux est simplement… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Delauro
Mort
avatar

Féminin Nombre de messages : 521
Age : 27
Argent : 90'580
Emploi : Jedi sénatrice
Emplois secondaire : républicaine
Date d'inscription : 04/01/2007

Stats
Alignement: Neutre-Obscur
Spécialisation: Sentinelle
Classe de prestige: Seigneur Sith
MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Dim 8 Avr - 23:21

-------------------------------------------------------------------------------------

Une enfant magnifique avec tout pour être heureuse

-------------------------------------------------------------------------------------

« My Lord je ne comprend pas. »

La voix de Riff résonnait derrière Makubex qui courait juste devant lui. Le pauvre domestique avait de la peine à suivre le rythme du jeun sith. Le jeune homme ne quittait pas des yeux un oiseau noir. Une créature majestueuse qui semblait faite d’ébène. Un phénix de nuit. Celui-ci était venu voler juste sous les yeux du garçon en poussant un chant mélodieux. Il avait alors comprit que quelque chose de grave venait de se passer et quand l’animal avait reprit son vol il lui avait courut après. Ne pas quitter le roi du ciel des yeux et comprendre son message voici l’objectif de Makubex. Pourquoi le faisait-il ? L’instinct, un pur instinct qui le poussait. Son serviteur, lui, avait un peu plus de peine à comprendre.

Ils arrivèrent au milieu du quartier le plus sombre de la ville. Là, un gigantesque immeuble gisait. Il n’en restait plus qu’un énorme tas de pierres détruites et de détritus entassés les un sur les autres dans un triste spectacle. La destruction avait été totale. Des gens marchaient sur les restes de l’immeuble et se criaient diverses choses. Il y avait un groupe de personne qui entourait un spectacle impossible à voir du bas de la carcasse de l’habitation. Le phénix vola vers le groupe en chantant s’attirant des regards surpris et impressionnés.

Riff voulut appeler à nouveau son maître mais celui-ci gravissait déjà les roches avec agilité pour atteindre l’oiseau à la couleur de la nuit qui semblait être un morceau de ténèbres dans la lumière forte et chaude de ce matin étouffant. Le domestique suivit le sith avec plus de lenteur en le voyant se glisser entre les badauds présents. Il aurait voulut aller plus vite afin de protéger son maître d’un spectacle qui ne lui disait rien de bon. Du moins, il ne voulait pas le laisser seul. Mais le jeune homme était bien plus athlétique et rapide que son serviteur et là il ne comptait pas l’attendre.

Makubex arriva enfin au centre de l’agitation. Ce qu’il vit le laissa bouche bée. Trois corps, trois êtres pâles et magnifiques dans un éclat blanc au fond vert mais avec surtout, sur chacun de leur visage, une expression de paix et de sérénité que le sith n’avait jamais vu sur aucuns êtres vivants. On aurait dit qu’ils avaient accomplis la plus belle chose de leur vie. Ils se tenaient tous comme une famille qui s’endort les uns auprès des autres un soir de fête le sourire aux lèvres parce qu’ils ont partagés des moments inoubliables.

Le jeune homme regarda l’homme aux cheveux bruns qui tombaient sans vie sur ses épaules froides. Il n’avait pas changé depuis que Makubex le connaissait. Jeff, il avait une expression si douce que le sith eu de la peine à le reconnaître. Il y avait aussi ces deux belles jeunes filles du même âge. Oui, le même âge. Makubex reconnut avec stupeur sa mère. Plus jeune que lui, sa chevelure d’un roux éclatant et superbe qui reflétait la lumière du soleil violent contrastait avec une telle force qu’elle en était douloureuse, avec le teint pâle presque blanc d’où on voyait jaillir des éclats verdâtres. Elle semblait plus heureuse qu’il ne l’avait jamais vu.

Riff arriva enfin auprès de son maître. Ce qu’il vit lui fit encore plus regretter de ne pas avoir été plus rapide. Il pleurait, son maître pleurait. Des larmes coulaient silencieusement sur ses joues. Il regardait les cadavres parmi lesquels se trouvait l’ancienne maîtresse du domestique. Le majordome ressentit un pincement au cœur ainsi qu’un sentiment de respect profond en découvrant l’expression des morts. L’homme comprit que son maître n’osait pas toucher sa mère de peur de briser le halo de paix et de pureté qui brillait autour du trio. Il posa une main rassurante sur l’épaule du jeune homme qui avait une expression perdue. Celui-ci leva la tête et croisa son regard avant de se retourner vers sa mère.

Prit d’un élan soudain, le sith prit la main de l’ado morte qui partageait son sang. C’était étrange de se dire que cette quasi enfant l’avait mit au monde alors que maintenant il était plus âgé qu’elle. La sensation de froid qui traversa sa peau le fit frissonner. Ce contacte avec ce corps sans vie lui faisait un drôle d’effet. Il parla au corps d’une voix basse plus pour lui-même que pour autre chose.


« Tu te souviens de Kamino, quand tu m’as promit de me sauver par tous les moyens. Je ne penserais jamais que tu irais jusque là. Devenir Sith, et puis quoi encore ? Mais maintenant tu vas faire comment ? Tu n’es plus là et tu sais quoi ? Tu sais, en réalité, tu m’as bel et bien sauvé. Je vais beaucoup mieux maintenant. De te voir ainsi, je croix que je viens de comprendre le sens du mot vie. Merci, grâce à toi je vivrais vraiment maintenant. »

Une volée de notes cristallines et résonnantes se fit entendre. Le phénix de nuit était posé sur les pierres déchirées juste à côté des corps pâles et froids. Makubex regarda les trois êtres. Ils ne portaient pas de blessures. On aurait dit qu’il s’était endormit en oubliant de se réveiller. La cause de la mort n’était pas visible mais le sith n’avait pas besoin de se creuser la tête pour comprendre. L’ange de la mort avait chassé les débris de roches qui aurait gâché cette vue de paix et de pureté. Elle les avait chassé et avait offert aux condamnés son dernier baiser. Celui ou ses lèvres arrachent la vie sans la moindre douleur.

Le jeune homme vit que l’animal de légende lui indiquait le cœur de sa mère de la pointe du bec. Il comprit qu’il y avait quelque chose qu’il devait saisir à cet endroit. Il ne savait pas quoi mais si la créature l’avait guidé jusqu’ici c’était pour ça. Du bout des doigts gêné d’effleurer ce corps et cette scène craignant d’en chasser la beauté, il toucha l’endroit indiqué pensant y trouver un pendentif ou quelque chose du genre. Mais ce fut une véritable décharge électrique qui le traversa avec violence le rejetant en arrière si puissamment qu’il sentit plusieurs de ses muscles se tordre de manière pas très normale. Riff le rattrapa au vol lui évitant de s’empaler sur un pic fait d’une partie de l’immeuble effondré. Quand Makubex reprit son souffle, il se redressa remerciant son serviteur de son acte. Il se sentait étrange. Libre, vraiment libre. L’oiseau s’envola en chantant et il comprit qu’il était guérit cette fois. Plus de maladie, plus de mort programmée, non, il était guérit. Elle avait tenus sa promesse jusqu’au bout.

Le phénix arriva face à une jeune créature vêtue d’un jeans et d’un t-shirt noir. Des boucles d’oreilles en forme de serpent de même que sa bague le tout en or. Elle était belle, ses cheveux ondulés coulant sur ses épaules et ses yeux d’une profondeur inhumaine glaçaient les personnes qui sentaient son aura et qui ne comprenaient pas sa beauté. Une très belle femme, un ange sur la terre. Elle tendait son bras à l’oiseau qui s’y posa en la saluant d’une révérence. Cet être rodait souvent dans les rues sombres et mal famées. Elle aimait ces lieux de débauche, douleur et de mort. Capable d’aimer mais pas de haïr, d’être haït mais si rarement d’être aimée, de détruire et de sauver en faisant toujours la même chose mais, surtout, capable de tout donner et de tout perdre pour ceux qu’elle aimait. Etre irréel, impossible que les gens craignent et rejette alors qu’elle n’est que ce que sa nature lui dicte. Créature des ténèbres et des bas-fonds qui auras aimé de toute son âme une autre créature guidée, détruite et rejetée à cause de sa nature. Cette femme était la nuit amoureuse d’une flamme de vie qui avait vacillé la rejoignant dans la nuit la plus belle qui soit.

L’apparition ferma les yeux le temps qu’une larme coule sur sa joue et vienne mourir sur ses lèvres fines et douces. Ces mêmes lèvres qui venaient d’arracher le souffle de trois personnes qu’elle avait énormément aimé. Voilà, c’était finit, fin de l’histoire de Lyra, Aïna et Jeff. Maintenant, recommençait une autre étape. Sinistra sentit le souffle d’un fantôme sur son cou. Elle sourit ravie de ressentir le froid de l’âme de sa bien-aimée.

Makubex releva la tête et vit l’ange qui se tenait dans une rue, le phénix de nuit sur son avant bras. Il sut que sa mère n’était pas loin mais qu’il ne la reverrait pas tant que la vie brûlerait en lui.


« Je croit que on a plus rien à faire ici Riff. »

« My Lord…vous ne voulez pas appeler pour qu’on s’occupe du corps ? »

« Qui viendra ? Elle était haïe. Je ne sais pas vraiment ce qu’il faut faire apparemment, ils vont rester là jusqu’à que le père des deux femmes vienne s’occuper de tout. Je me demande comment il va faire alors que ses deux héritières sont mortes en même temps. »

« My Lord… »

L’homme regardait son maître en silence. Il ignorait que lui dire pour le rassurer. Le pauvre garçon semblait vraiment mal. Comment rassurer un enfant qui venait de perdre sa mère ? Oui, on pouvait dire qu’il s’agissait bien d’un enfant. A ce moment, il restait une personne de son âge ou presque. Depuis combiens vivait-il d’ailleurs ? Impossible à savoir il ne lui en avait jamais parlé. Riff posa une main sur l’épaule de Makubex ne trouvant pas mieux à faire.

« …Vous avez raison. Rentrons. »

Un piano commença à jouer quelque part. Son chant plaintif était celui d’une chanson autrefois beaucoup aimée d’Aïna. Sinistra attirée par ce cri musical imposant le silence aux autres releva la tête vers le ciel d’où semblait provenir la musique douce et tremblante. La créature à la peau de nacre écouta quelque seconde la mélopée avant de se décider à y mettre son grain de sable. L’ange de la mort laissa alors échapper un chant. Les paroles de cette chanson si belle qu’elle semblait d’un autre monde, un endroit loin de débris et des gravats maculés du sang des cadavres insipides.

Every night in my dream,
I see you, I feel you
That is how I know you go one
Far across the distance and spaces between us
You have come to show you go one

Near, far wherever you are
I believe that my heart will go one
One more you open the door
And you here in my heart and my heart will
Go on and on.

Love can touch us one time
And last for a live time
And never let go till were gone
Love was when I loved you
One true time I hold to
In my live we always
Go one

Near, far wherever you are
I believe that my heart will go one
One more you open the door
And you here in my heart and my heart will
Go on and on.

You here there nothing I fear
And I know that my heart will go one
We’ll stay forever this way
You are safe in my heart and my heart will
Go one and one.”


Sa voix résonnait comme du cristal. Une voix belle et transie d’émotions. Ce n’était pas la voix de Sinistra non, c’était celle d’Aïna qui venait de résonner dans le silence de ce matin d’une beauté et d’une chaleur à couper le souffle. Toutes les personnes qui entendirent ce chant surent que c’était celui de leur reine et que celle-ci ne leur adressait par là qu’un adieu. La femme de la nuit avait chanté le dernier au revoir de la belle reine aux cheveux et au cœur de flamme. En ce jour de soleil, tout le monde savait que les ténèbres avaient emporté la plus grande source de lumière qui brûlait dans les bas-fonds, lieu de perdition et de haine.

------------------------------------------------------------------------------------

Et qui s'est brulé les ailes à force de vouloir s'envoler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Maraudeur
Maitre Jedi
Maitre Jedi
avatar

Masculin Nombre de messages : 469
Age : 27
Argent : 50 680£
Emploi : Jedi...
Emplois secondaire : Archiviste sénatorial et Sénateur
Date d'inscription : 13/01/2007

Stats
Alignement: Neutre-Lumineux
Spécialisation: Gardien
Classe de prestige: Maître d’Armes
MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Mar 10 Avr - 0:53

Menak courait tel un diable dans les bas fonds de Coruscant, sabre allumé dans la main droite, la lame bleu éclairait son visage rempli d'une rage indescriptible, il était en pleine mission solo pour les Jedi, alors que la mission devait durer près d'une journée Menak l'avait finit en à peine une heure. Il avait sentit une pique lui transpercer le coeur, il s'était arrêté quelques courts instants pour tenter de comprendre pourquoi cette douleur l'avait prit. Il chercha pendant quelques longues secondes qui finirent par lui dévoiler que l'aura de Lyra avait totalement disparu. Il commença à courir à travers les bas fonds, animé d'un sentiment de colère profond, au bout de longues minutes de courses haletantes et de plusieurs intérogatoires musclé il avait réussit à avoir la possible position de Lyra qui était apparemment avec Jeff, Aïna et un groupe d'homme armé pour faire une petite guerre. N'écoutant que son instinct de soldat il commença à parcourir la distance qui le séparait du groupe a toute vitesse, tranchant à la hâte toute personne qui tentait de s'opposer à son passage dans ses bas fonds ou il n'était pas connu en tant que Jedi, seulement en tant que Maraudeur.

*Merde... Ca reviens...*

Soudainement le jeune Jedi s'écroula par terre, lâchant son sabre laser qui s'éteignit, plusieurs hommes sortirent de l'ombre tout autour de l'ombre, des sourires illuminaient leurs visages grossiers et balafré. Menak les regarda rapidement en tentant de remuer sa jambe droite qui ne voulait décidemment pas obéir...

*Seul au monde... Combattant de l'ombre... Un Maraudeur n'abandonne jamais, jusq'au souffle dernier il combat pour son but...*

Menak cria de rage alors que ses adversaires approchaient, quelques gouttes de sang coulèrent le long d'une blessure qui allait de son oreille droite jusqu'a l'extrémité de sa bouche. La Force l'avait quitté depuis qu'il avait sentit la disparition de Lyra.

Le jeune homme alluma son sabre poignet, une goutte de sang tomba et toucha la lame bleu, le bruit caractéristique de la lame touchant une autre matière redonna de la force au soldat d'élite. L'un des hommes voulu planter Menak mais le sabre de ce dernier lui trancha la tête dans un éclair de lumière bleu, les autres reculèrent, étonnés. Un élan d'énergie l'envahi, le revigorant, il se redressa, s'appuyant au maximum sur sa jambe valide, évitant de trop faire toucher sa jambe blessé par terre. Il effectua une série de mouvements tellement rapide que seule la lame bleutée du Jedi pu être vu par ses adversaires du moment.

Il se débarassa de tout ses adversaires, s'arrêta un instant, remua sa jambe, tapa du pied deux ou trois fois et repartit en courant, récupérant son sabre tombé tout à l'heure à l'aide d'un mouvement rapide de la main. Courant de nouveau à travers les bas fonds, sabre dans la main mais non allumé cette fois, il valait mieux qu'il ne se fasse pas repéré au vu de sa jambe défaillante.

Le jeune homme se stoppa brusquement dans une ruelle sombre, il sentit doucement une sensation de froid l'envahir, un froid pas rassurant, surtout quand il vit l'immeuble éffrondré devant lui.


~Encore une fois trop tard...~
~~Elle est peut être en vie !~~
~Je me fait pas d'illusion Fantome...~

Fantome ressentait la profonde colère de Menak, non, c'était plus fort que ça, c'était de la haine, oui, de la haine envers lui même. Fantome tenta, en vain, de convaincre Menak qu'il ne devait aps se miner la vie avec ça mais ce dernier n'entendait plus l'entité, il n'entendait plus rien, il voyait seulement le tas de gravas qui lui faisait face, il ne vit même pas Makubex qui s'éloignait. Il était comme déconnecté, son esprit, habituellement si aiguisé, si détaché de tout, était devenu... Rien, vide, plus rien ne semblait pouvoir l'atteindre à ce moment la...

Le jeune homme s'avança vers le tas de gravats, il le grimpa facilement grâce à son entrainement de soldat. Il arriva devant une entrée, sauta dedans et se rattrapa facilement, il se redressa et reconnu très vite Aïna, Lyra et Jeff. Le jeune homme s'avança vers le trio sans rien dire, aucune émotion ne se voyait sur son visage totalement impassible, il resta la, devant le trio, ne sachant pu quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makubex
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin Nombre de messages : 66
Argent : 91'080
Emploi : Sith
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Mar 10 Avr - 12:02

Makubex était en train de partire. Il ne faisait plus attention à rien. Il n'y avait plus rien en ce lieu de douleure. Cet endroit qui venait d'enterer de lui même un espoir. Le soleil était plus cruel que la pluie dans ce matin de haine. Il n'y avait rien derrière quoi cacher ses larmes et sa douleure. La lumière frappait tout, éclairant les plus sombres des bas fond. En ce jour de lumière, nul ne pouvait se cacher aux yeux du monde.

Le sith releva la tête. Il sentait un eprésence qu'il avait presque oubliée. Que faisait-il là? Le jeune garçon avait comprit qu'il avait quitté sa mère bien avant cet...accident. Ainsi, il l'aimait encore. Malgrès que son indiférence ai poussé cette femme à la mort, il l'aimait. Que dire, une tragédie. Oui mais que pour ceux qui restent. La mort ne fait pas de mal à ceux qu'elle fauche mais ceux qui voient cette personne s'envoler loin d'eux. Oui, tragédie pour eux, compte de fée pour les morts. Au moins, contrairement aux humains normeaux, ils n'étaient pas morts seuls.

Le jeune garçon fit demi-tour. Son père était là. Il ne l'avait jamais vraiment aimé auparevent mais aujourd'hui, il avait besoin de lui. Besoin d'oublier, d'être pardonner et de pardonner à Menak qui à ses yeux était presque l'assassin de sa mère. Mais tant pis. Il voulait être avec lui. Riff le regarda un peu perplexe se demandant si il devait le suivre. Le sith lui fit signe de rester à distance mais de faire comme il voulait. L'homme prit donc la partit de suivre son maître a bonne distance ne voulant pas s'imposer.


"Père."

Dit Makubex quand il arriva à hauteur de l'homme. Il regarda avec une douleur au coeur les trois corps si parfait. Comme une statue de marbre, sauf que celle-ci allait tomber en poussière sous peu. Rien n'est éternel sur cette terre. Ni la vie, ni sa trace dans l'avenire ni même le souvenir de cette trace. Tout s'en va, tout disparaît dans le tourbillon du temps. Bientôt cette mort ne sera qu'un lointain souvenir que l'on a enfermé dans son coeur et qu'on regarde uniquement pour en admirer la beauté, faisant couler des larmes de bohneur ou de regret selon ce qui réside vraiment dans notre coeur. Une mort qui deviendra un secret, un cadavre enterré dans le jardin des souvenires.

"C'est finit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shintaro Ordo
Exilé Gris
Exilé Gris
avatar

Masculin Nombre de messages : 230
Age : 28
Argent : 80 000
Date d'inscription : 10/01/2007

Stats
Alignement: Neutre
Spécialisation: Sentinelle
Classe de prestige: Jedi Protecteur
MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Mar 10 Avr - 12:31

Shintaro était rentré comme d'habitude dans un bar pour allez boire comme il le disait si bien un verre ou deux, il était pratiquement mort ivre et d'ailleurs entrain de rigoler comme un dératé. Il avait saisis une bouteille de vodka quand d'un coup un frisson lui traversa toute son échine, la bouteille explosa entre ses mains, il n'arrêtait plus de frissoner, d'un coup son oeil expulsa un jet de sang qui toucha le twil'ek qu'il avait enface de lui, quelques choses avaient disparut, un être qu'il avait toujours senti sa présence, un être, non L'être qui l'avait toujours soutenu dans n'importe lequel moment. Un nom lui traversa immédiatement l'esprit.

*Lyra ! *

Il se releva brutalemet envoyant en l'air la table, il ne sentait plus l'aura si puissant de Lyra, il ne l'avais même pas sentit disparaitre... Mais si il l'avait senti, il l'avait senti pendant qu'il buvait, il eut un frémissement de dégouts, il sortit du bar en envoyant voler la porte dans un accès de rage, il ne courait même pas, ça se passait encore plus profondément dans les bas-fonds, mais il y était déjà dans les bas-fonds. Il avançait la tête baissée et l'air résigné, il savait que c'était déjà trop tard.

Marchant, marchant, il sentit d'un coup un aura ressemblant beaucoup à celui de Lyra se gonfler de puissance d'un coup, il releva la tête brutalement et se mis à courire en activant son pouvoir de la force vitesse, mais quand il arriva sur les lieux il ne vit personne pouvant être Lyra, ni lui ressemblant énormément, il ne voyait presque plus personne appart un attroupement de personnes formant un cercle. La personne ayant émis cette aura était parti, Shintaro s'avança en rabaissant la tête, deux hommes lui bougeaient le passage, il leur tappa dans les côtes avec toute la puissance de ses bras en cortosis, les envoyant volé quelques mètres plus loin avec plusieurs côtes brisées, il vit Menak, puis l'aura revenait par ici.

Cette fois-ci seulement le gris l'ignora totalement, il voyait trois personnes enlacées, il voyait surtout LA lyra qu'il avait connu, une Lyra qu'il avait toujours très appréçié, d'ailleurs c'était bien la seul à qui l'exilé avait accordé sa confiance. Il l'avait vu il n'y a pas si longtemps, elle lui avait demander un service et il l'avait envoyé se faire voir. Il tomba à genoux, regardant le corps de la jeune fille qu'il avait aimé comme sa soeur, sa soeur d'ailleurs morte aussi. Apparement le sénateur n'avait pas d'autre choix que de voir tout ses proches mourrir ou bien disparaitre.

Il resta là le visage figé, il ne bougeait plus, ses yeux devenaient humide et brillait un peu, pour finir une larme coula le long de sa joue, une larme faite d'eau d'un côté et de sang de l'autre. Il se remémora le défis qu'elle lui avait lançé une fois, ne pas tué pendant toute une mission, il s'en souvenait toujours. En regardant le visage de la jeune fille qui parraissait en paix il esquissa un sourire résigné, elle était morte et définitevement morte.


"Je tiendrais ma parole, mais pour toute ma vie ... "

Dit-il simplement restant toujours là, la larme tomba de sa joue pour allez se perdre sur les débris de l'immeuble, qu'il avait escalader sans presque le remarquer ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kallia
Maitre Gris
Maitre Gris
avatar

Féminin Nombre de messages : 587
Age : 30
Argent : 29 900£
Date d'inscription : 12/01/2007

Stats
Alignement: Neutre
Spécialisation: Consulaire
Classe de prestige: Maître Jedi
MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Mer 11 Avr - 15:09

Les notes s'étaient élevées en même temps que le vent qui faisait maintenant voler la poussières et les petits gravas sur ce champs de désolation... D'où venait cet air? Personne n'aurait su le dire, le vent pouvait le portait à des kilomètres à la ronde, ainsi personne ne s'en soucia. La seule chose de sure, était que la personne qui jouait semblait être profondément touchée par le drame qui sétait passé, car il était terriblement triste... Oui... Ces quelques notes jouées à la harpe marquaient une profonde tristesse, mais l'auteur de cet air n'avait que faire que les personnes présente le trouve triste, elle ne jouait pas pour eux, non, la seule personne pour qui Kallia pinçait les cordes de sa harpe était Lyra...

La jeune femme avait sentie la mort de son amie... Une vive douleur s'était emmiscé en elle, lui serrant le coeur, la grise avait tout de suite su de quoi il s'agissait et surtout de la personne concernée... Combien de fois Kallia avait-elle voulu ne pas être empathique à ce point? Et la encore plus que les autres fois... Elle voulait tellement que ses sens la trompent, lui jouent des tours, peu importait... Mais elle devait ce faire à cette idée... La Force ne l'avait jamais trompée...

L'air qu'elle avait joué se terminait sur une note grave presque inaudible, la jeune femme allait arreter de jouer, mais un élan soudain de joie, de bien être... Oui, elle elle était triste, mais Lyra? Pourquoi accompagner sa mort d'un air si triste? La jeune femme avait enfin compris...
Rapprochant sa harpe a nouveau contre son épaule, la jeune femme se remit à jouer, ses doignts volèrent sur les cordes de son instrument, laissant echapper une mélodie entrainante, la même qu'elle avait joué sur Kamino en présence de Lyra et Sinistra, et qui leur avait plu.

Une fois l'air fini, la jeune femme se releva enfin et descendit de son perchoir se dirigeant vers les restes de l'immeuble qui s'était écroulé.
Portant sa harpe et marchant d'une manière humble elle passa à côté des personnes présentes ne se souciant pas d'elles, qu'elle les connaissent ou non, qu'elles ai un rapport avec Lyra ou non.
Puis, lorsqu'elle fut près des corps elle posa sa harpe contre une pierre et s'agenouilla


"J'espère que vous avez pu entendre ma mélopée et qu'elle vous aura plus...
Lyra... Ah nouveau j'arrive bien tard pour t'aider... J'aurais aimé être la personne qui te sauverais, mais je vois désormais que ça n'aurait pas été possible et qu'en fait ça ne t'aurais que blessé encore plus.
Tu es sans doute heureuse désormais, près des personnes qui te sont les plus chères, et sache que je suis tout aussi heureuse pour toi. Amuse toi bien là ou tu es désormais...


La jeune femme passa alors une de ses mains sur son oreille droite pour repousser les longues mèches de ses cheveux de nacres, puis elle enleva la boucle d'oreille d'obsidienne, en forme d'ankh qu'elle portait et la déposa sur le corps de son amie

"Dans la culture firrerreo cela symbolise la vie, toi qui est morte dans ce monde tu vivras toujours dans nos coeurs, du moins dans le mien... Adieu Lyra..."

Passant une dernière fois une main sur le visage de Lyra, Kallia se releva doucement, elle n'avait pas versé une larme, pourtant ses yeux n'attendaient que d'en déverser le flots, mais sa nature et les personnes qui l'entouraient le lui empêcher, si elle devait pleurer, elle le ferait une fois seule.
Reprenant sa harpe, la jeune femme commença à s'éloigner, ne jetant qu'un bref coup d'oeil aux autres personnes.

_________________
Méfiez-vous de l'eau qui dort....


inventaire, pouvoirs, etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Makubex
Seigneur Sith
Seigneur Sith
avatar

Masculin Nombre de messages : 66
Argent : 91'080
Emploi : Sith
Date d'inscription : 17/01/2007

MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Mer 11 Avr - 16:16

*C'est étrange. Je sais qu'elle serait restée si elle avait au moins une personne avec qui continuer à vivre. Et maintenant que c'est finit, ces humains en qui elle n'avait plus confiance, ceux qu'elle avait cru l'avoir abandonné sont en train de la pleurer.*

Le pensée de Makubex allaient au ralentit. Il regardait les corps blancs des trois personnes. Maintenant une foule entourait ce spéctacle morbide. Tous ces gens regardaient les morts et leurs yeux s'équarquillaient en voyant les collier des deux enfants dont les cheveux coulait comme du feu liquide sur leur peau glaciales. Oui, ces deux filles qui avaient été unies bien plus que l'on peut unire deux être normaux. Maintenant que le corps de Lyra avait retrouvé sa véritable apparence, on pouvait voir leurs deux visages paisibles qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau. Elles n'avaient pas une goutte de sang en commun mais leures deux apparence donnait l'impression qu'elles étaient deux sculptures de marbre représentant la même chose, sauf que l'artiste était différent permettant de différencier.

Le sith regarda son père, ce gris qu'il ne connaissait pas et Kallia. Tous étaient venu la sentant mourire....la mort...quand Makubex songea à ce mot il sentit sa gorge se serrer. Ca faisait mal, très mal, savoir que c'était finit, qu'il ne la reverrais jamais, qu'il ne pourrait jamais se faire pardonner, jamais être proche d'elle. Il se souvint qu'il n'avait jamais eu l'occasion d'être dans ses bras ni de passer du temps avec elle. Et maintenant il ne pourrais plus.


*Et maintenant que tu es partie je fais quoi maman? Je reste, seul avec mes regrets. Tous ces gens là, tu n'as pas pensé à eux avant de t'en aller? Ils t'aimaient aussi.*

"Kallia!"

Appela Makubex en la voyant s'en aller. Il attendit qu'elle se retourne. Son cri avait briser un silence pensant. Les gens le regardait comme si il avait commis un sacrilège. A quoi s'attendaient-ils? Au silence éternel autour de ce lieu. Ce qui était sur c'était que cet endroit ne serais jamais plus comme avant. Il était devenu une tombe, la tombe de deux reine aux couronnes enflammées et de leur serviteur qui fut le seul à savoir les aimer.

"Merci"

Merci...que dire de plus. Ce lieu de silence et de mélancolie tanguait dans sa propre douleur. Il n'y avait pas de joie ici, la joie avait fuit dans les cieux, l'enfant aux ailes brulés était tombée tellement bas qu'elle avait traverser l'enfer pour rejoindre le paradis. Amertume et admiration, que de faibles consolations pour ceux qui restent. Il allait mieux partire non? Au lieu de se dire, c'est mieux, elle sera heureuse, pourquoi ne pas la rejoindre. Dormire, d'un sommeil parfait, sans jamais se réveiller. Fuire se monde de haine ou ceux qui te sourient te haïssent, ou ils ne comprennent que trop tard, ou ils ne se souvienne de leur amour pour toi que quand ils l'ont perdus.

*Mais je ne peux pas m'en aller. Je suis ta chaire et ton sang. Tout ce qui reste de toi ici. Le temps est tout ce que j'ai, tu m'as donné le tiens, tu m'as donné de la force et tu t'es battue pour laisser ce monde un peu meilleur qu'a ton arrivée. Pas grand chose, ça va disparaître. Comem ma douleur, comme ton souvenir, tout partira, mais je suis là pour que se soit tard. Pour tenter d'avancer et ne pas reculer trop vite. C'est stupide, des pensées purements humaines mais que veux tu. je suis un simple humain pas comme toi. Moi je suis incapable de renoncer à tout pour plonger dans les bras de la mort. Je n'ai pas ton courage. Alors je vais rester. Juste pour que l'on sache, que l'on sache que rien n'est finit.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kallia
Maitre Gris
Maitre Gris
avatar

Féminin Nombre de messages : 587
Age : 30
Argent : 29 900£
Date d'inscription : 12/01/2007

Stats
Alignement: Neutre
Spécialisation: Consulaire
Classe de prestige: Maître Jedi
MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   Mer 11 Avr - 21:35

Marcher.... Oui marcher... Le plus vite, et le plus loin possible... Fuir...Fuir cet endroit, mais surtout les personnes qui l'empêchaient de pleurer l'amie qu'elle venait de perdre, alors... il fallait marcher vite, vite pour pouvoir laisser ses yeux verser le flots de larmes qui n'attendait que de s'écouler le longs de ses joues blanches. Courir? Non... Si elle courait, on devinerait trop vite ses sentiments, ou au contraire on les interprêterait mal... Pusi avec sa harpe dans ses bras,il luis erait difficile de courir, alors non... Marcher c'était très bien, même si courir lui permettrait de mieux extérioriser sa peine....

Toujours dans ses pensées de fuite, la jeune femme marchait toujours plus vite, jusquà ce que la voix de Makubex s'élèva dans ce silence morbide, prononçant son prénom.
Non.... Pourquoi l'appelait-il? Il ne fallait pas qu'elle reste une minute de plus...Non elle ne le pouvait pas...
Mais sa nature ne pouvait la laisser sourde face à l'appel de Makubex...
Soupirant en affaissant ses épaules, la jeune femme fit volte face et regarda le garçon toujours près des gravats et lorsque ses lèvres et sa voix formèrent et dirent le mot "merci", la jeune femme senti son coeur se resserait encore plus, sa gorge aussi...
Merci? Mais merci pour quoi? Qu'avait-elle fait ? Rien! Elle avait toujours voulu aider Lyra, la soutenir quand elle était mal mais au bout du compte... Elle n'avait quasiment rien fait, et cela plus que tout lui brisait le coeur...

Regardant le jeune homme droit dans les yeux, Kallia senti que sa douleur était tout aussi grande voir plus du fait de ses liens avec Lyra que la sienne. Une envie soudaine de le prendre dans ses bras la pris, mais elle se retint, elle ne pouvait pas... Elle n'avait pas le droit...


".... De rien...."

C'est tout ce que la jeune femme pu prononcer d'une voix faible, elle n'avait pas le courage n de s'adresser plus au fils de son amie...
Elle lui sourit très faiblement, un sourire voilé à peine lisible, puis se retourna à nouveau et serra sa harpe plus fort contre elle, non elle ne pouvait pas se permettre de pleurer devant Makubex...

_________________
Méfiez-vous de l'eau qui dort....


inventaire, pouvoirs, etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un chant de ténèbres et de flammes (Ouvert Lisez SVP)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» Le héros le plus crédible en "méchant"
» Au coeur de ces ténèbres-là
» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Jeux :: Galaxie :: Coruscant-
Sauter vers: